La gestion de l'énergie, un investissement économique et écologique rentable

08 Avril 2022

Le Québec bénéficie d’une électricité propre et abordable grâce à l’investissement dans l’hydroélectricité et sa nationalisation. Quels en sont les avantages pour les industries et les commerces ? 

L’augmentation de l’électrification des procédés est une des solutions à considérer pour l’avenir en raison de la particularité intrinsèque de la richesse électrique québécoise : disponible, renouvelable, avec des émissions limitées de gaz à effet de serre (GES) et abordable. 

Mais cette abondance a aussi entrainé peu à peu un niveau de consommation extrêmement élevé, ce qui fait que le Québec aujourd’hui consomme plus d’énergie par habitant qu’à peu près n’importe quel autre pays du monde. 

 
Panneaux-solaires.jpeg

Si l’énergie est le système sanguin de notre économie, l’industrie en est le métabolisme 

L’industrie manufacturière est au centre du bien-être économique du Canada. Elle ingère de l’énergie et des matières premières pour les transformer en substances et en produits.  

Au-delà des bénéfices induits pour notre confort de vie, les industries sont aussi très énergivores : Le secteur industriel a compté pour un peu moins de la moitié (44.5%)1 de la consommation totale d’électricité au Québec en 2018. 

C’est pourquoi les tendances de la consommation d’énergie dans l’industrie façonnent aussi largement la tendance globale de la consommation d’énergie des Canadiens. Alors, peut-on mieux faire ? 

Électrification de l’industrie, un pas de plus vers la durabilité 

Les industries et entreprises consomment bien évidemment de l’énergie sous différentes formes : 

  • Le pétrole est utilisé à 14 % pour le transport et la matière première qu’il représente (plastiques, goudrons, etc.). 
  • Le gaz naturel est utilisé à 19.7 % principalement pour chauffer les bâtiments et certains procédés. 
  • L’électricité est utilisée à 49.8 % pour opérer les machines et les systèmes informatiques.  

Les technologies électriques, aujourd’hui matures, offrent de meilleures performances énergétiques. Selon l’ADEME2, 18 % de la consommation de combustibles utilisés pour les processus thermiques, soit 41,6 TWh, seraient substituables par des techniques électriques.  

Au-delà du bienfait lié à la décarbonation de l’industrie, puisque l’électricité au Québec provient principalement d’une source renouvelable, l’électrification des procédés offre aussi une alternative économique face aux coûts en augmentation des autres sources d’électricité. 

Hydro-electricite-barrage.jpg
L’énergie électrique au Québec provient très majoritairement de barrages hydro-électriques

Comme le disait René Lévesque, ancien premier ministre du Québec, « l’électricité est notre seule source d’énergie québécoise, on est plus riche de cela [hydroélectricité] que n’importe qui autour de nous ».3

Et pourtant, nos ressources hydroélectriques ne suffiraient pas aujourd’hui à fournir tous les besoins d’électrification cumulés des procédés industriels, de l’électrification des transports et des chauffages, si exclusivement alimentés par la source électrique.

Les industries sont donc appelées à réduire leur consommation pour produire plus avec la même quantité d’énergie.  

L’optimisation énergétique, par où commencer ? 

D’après l’Agence internationale de l’énergie, « l’efficacité énergétique est le premier carburant d’un système énergétique global durable »4. À travers l’efficacité énergétique, définie comme étant l’amélioration technique réduisant la demande d’énergie pour servir un bien ou un service équivalent, il est possible de réduire la consommation d’énergie. 

Optimisation-energetique-capteurs-temperature-pression-industriel.jpg
Certaines installations industrielles peuvent être optimisées pour réduire la consommation énergétique.

En effet, de nombreuses industries de Saint-Laurent visitées par Sylvain Foulon, notre commissaire au développement durable, présentaient des pertes d’énergie, des systèmes non-efficaces, des rejets thermiques, des systèmes en fonctionnement continu qui contribuent malheureusement à une consommation non seulement inutile, mais aussi coûteuse pour l’entreprise. Il remarque aussi que les dirigeant.e.s ont conscience du manque d’efficacité des installations, mais ne savent pas par où commencer et quelles actions poser pour améliorer la situation. 

C’est à ce moment que le bilan énergétique (audit ou diagnostic énergétique) est nécessaire à l’entreprise. Il établit:

  1. le constat des consommations par secteur,
  2. dresse une liste des actions réalisables en éco-efficacité
  3. et détermine le retour sur investissement de chaque action.

Toutes ces informations sont nécessaires pour prendre des décisions éclairées. Les gains faciles et rapides (quick wins) sont souvent implémentés dans les semaines qui suivent le bilan énergétique

Quelles sont les aides financières disponibles qui facilitent le passage à l’action ? 

Dans le but de faciliter la transition énergétique plusieurs acteurs gouvernementaux ou paragouvernementaux proposent des mesures incitatives au passage à l’action. 

Les ministères de la lutte aux changements climatiques, de l’innovation et des ressources naturelles ont développé plusieurs programmes d’aides financières généreuses pour le remplacement, la conversion ou l’amélioration des consommations d’énergie. 

Hydro-Québec pour sa part, rémunère la réduction de consommation d’électricité et le transfert des pointes de charges. 

Des ressources pratiques disponibles pour les entreprises et leurs gestionnaires 

Bien souvent, les dirigeant.e.s et leurs employé.e.s qui souhaitent s’engager dans une transition énergétique rencontrent trois principales difficultés :  

  1. Manque de temps 
  2. Manque de compétences 
  3. Manque de financement 

Les tables en développement durable organisées par Excellence Industrielle Saint-Laurent visent à accompagner les directions d’entreprises en leur proposant des solutions concrètes : Ainsi la dernière table du 30 mars “Réduire ses coûts grâce à l’efficacité énergétique” a permis d’accueillir un expert en audit énergétique et un représentant d’Hydro-Québec, les participants ont ainsi pu leur poser toutes les questions pratiques pour envisager une optimisation de leurs procédés. 

Table-developpement-durable-messages-cles.png
Table en développement durable du 30 mars 2022 : Réduire ses couts grâce à l’efficacité énergétique 

Une prochaine rencontre aura lieu le 4 mai prochain en collaboration avec PME MTL pour les entreprises du Technoparc Montréal, situé à Saint-Laurent. Elle traitera aussi des actions à mener pour l’optimisation de l’énergie dans ce parc d’entreprises.

Si vous avez des questions ou des projets liés à votre optimisation énergétique ou souhaitez joindre l’une des tables de développement durable, n’hésitez pas à contacter votre commissaire en développement durable, Sylvain Foulon

Sources : 

1 : Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles – https://mern.gouv.qc.ca/energie/statistiques-energetiques/consommation-electricite/ 

2 : https://www.actu-environnement.com/ae/news/etude-allice-electrification-procedes-industriels-decarbonation-37590.php4 

3 : https://www.youtube.com/watch?v=jKmwGQ4-zKQ (voir l’extrait 05:30) 

4 : https://www.iea.org/reports/energy-efficiency-2021 

5 : https://mern.gouv.qc.ca/energie/politique/documents/fascicule-3-BEIE.pdf